Quelques dates

La vénération de la Sainte Coiffe au cours des siècles

 

1119 : le Pape Calixte II consacre l’autel majeur de la cathédrale de Cahors.

1408 :  premier synode de l’évêque de Cahors Guillaume d’Arpajon. A cette occasion est organisée une procession au cours de laquelle la Sainte Coiffe est particulièrement honorée.

1482 : la peste ravage le Quercy. La Coiffe est portée en procession à travers les rues et les places publiques. Tout Cahors est réuni suppliant Dieu d’épargner la cité : l’évêque, le chapitre, le clergé, les consuls et les magistrats, les corporations, les gens de guerre, le peuple. La ville est épargnée.

22 janvier 1487 : par une bulle scellée par dix cardinaux, le Pape Innocent VIII accorde des indulgences aux personnes qui visitent la chapelle de la Sainte Coiffe 

Août 1634 : quatre notables visitent le château de Cennevières (dans le Lot) et identifient fortuitement l’ancien autel de la Coiffe avec l’inscription : « Le souverain Pontife Calixte II a consacré l’autel du Suaire de la tête du Christ l’an 1119, le six des calendes d’août. »

1652 : la peste atteint Cahors. Alain de Solminihac, évêque de la ville, ordonne que la Sainte Coiffe soit portée en procession.

1715 : une messe de la Coiffe se trouve dans le bréviaire romano-cadurcien publié par l’évêque Monseigneur Henri de Briqueville de la Luzerne. Ce bréviaire indique : « Le Suaire, mis sur la tête de Notre-Seigneur, est très religieusement vénéré depuis plusieurs siècles dans l’église de Cahors, qui le tient, d’après la tradition, du très pieux empereur Charlemagne ». Cet office se retrouvera également dans les bréviaires de 1746 et 1760 par l’évêque Bertrand du Guesclin.

1791 : Mgr D’Anglars, évêque de Cahors, cache la Sainte Coiffe en lieu sûr. Elle est restituée à la cathédrale en 1801.

1825 : la Coiffe est replacée avec honneur dans une châsse plaquée d’argent. Sous la Restauration, M. Solacroup, vicaire général, fait don d’une châsse. Elle sert aux ostensions de la Coiffe jusqu’en 1899.

22 décembre 1840 : le Pape Grégoire XVI accorde une indulgence plénière applicable aux défunts tous les jours où est célébrée la messe à l’autel de la Sainte Coiffe

1872 : Monseigneur Pierre-Alfred Grimardias fait restaurer le chœur de la cathédrale et fait transférer la Coiffe dans la chapelle du milieu de l’abside restaurée.

25 juin 1899 : un nouveau reliquaire est inauguré en présence de Monseigneur Enard, évêque de Cahors, et de Monseigneur Dénicha, évêque de Tulle. À cette occasion l’antique procession de la Coiffe est renouvelée dans la vieille cité.

1899 : sur ordre de l’évêque du diocèse, la Coiffe est portée à pied sur 60 kilomètres, d’étape en étape et de paroisse en paroisse, au sanctuaire de Rocamadour.

1940 : à l’initiative de Mgr Paul Chevrier, évêque de Cahors, la Sainte Coiffe est portée en procession dans les rues de la ville.

4 octobre 2015 : la Sainte Coiffe est exposée dans la cathédrale pour l’ordination de Mgr Camiade.