Le parcours jubilaire

Le 900° anniversaire de la cathédrale est un jubilé

au cours duquel la Sainte Coiffe, relique de la Passion, sera redonnée à la vénération de tous.

« L’esprit du Seigneur Dieu est sur moi parce que le Seigneur m’a consacré par l’onction. Il m’a envoyé annoncer la bonne nouvelle aux humbles, guérir ceux qui ont le cœur brisé, proclamer aux captifs leur délivrance, aux prisonniers leur libération, proclamer une année de bienfaits accordée par le Seigneur » (Isaïe 61,2)

 Un parcours jubilaire en 7 étapes

sera proposé tous les jours dans la Cathédrale à partir du 14 avril 2019.

Il vous mènera jusqu’au pied de la Sainte Coiffe, vénérée depuis des siècles comme l’un des linges mortuaires de Jésus.

 

Horaires

Tous les jours de 9h à 19h : parcours jubilaire libre – livret d’accompagnement disponible à l’accueil dans la cathédrale.
Tous les dimanches à 16h30 : parcours jubilaire accompagné – Les autres jours, possible sur demande
(contact@saintecoiffdecahors.com)

Le mot d’introduction du parcours jubilaire

« Il vit et il crut » (Jean 20,8)

Chers amis,

A l’aube de Pâques, Pierre et Jean courent tous deux ensemble au tombeau (cf. Jn 20,4). Jean court le plus vite. Il se désigne lui-même comme « le disciple que Jésus aimait ». C’est l’amour du Christ pour lui qui le fait courir vite, plus vite. Pierre est le disciple à qui Jésus demandera « m’aimes-tu vraiment, plus que ceux-ci ? » (cf. Jn 21,15). Il est plus lent : aimer davantage, aimer en réponse à l’appel du Christ est un long chemin.

A l’arrivée, Jean attend respectueusement que Pierre entre le premier dans le tombeau. Car Simon-Pierre est également la pierre sur laquelle Jésus bâtit son Église (cf. Mt 16,18). Il a en charge d’authentifier l’événement de la Résurrection. Mystérieusement, malgré sa faiblesse, c’est à l’Église que Dieu demande d’annoncer la foi, d’annoncer la victoire de la lumière sur les ténèbres. Pierre, le premier, voit les linges (le linceul et autres linges d’ensevelissement) et « le suaire qui recouvrait la tête… roulé à part, à sa place » (Jn 20,7).

Cependant, croire est un acte qui doit jaillir du cœur. Il faut pour cela une grâce spéciale, il faut que Dieu nous aime pour nous faire accéder à la foi. Notre engagement, nos efforts généreux et laborieux, ne suffiront jamais pour provoquer la foi. La foi est un don gratuit. Et c’est pourquoi il est dit du « disciple que Jésus aimait », qu’instantanément, « il vit et il crut ». Il crut, comme ça, avec la seule force du don gratuit de Dieu, de l’amour du Christ envers lui, sans mérite de sa part.

 

La Sainte-Coiffe de Cahors est vénérée comme le suaire de la tête vu par Pierre et Jean au tombeau vide. Le 900° anniversaire de notre cathédrale Saint-Etienne est l’occasion de la rendre de nouveau visible à tous. Vénérer (c’est-à-dire poser un acte de respect) peut aider à méditer l’Évangile de la Résurrection, en s’appuyant sur le témoignage des Apôtres et de l’Église vivante aujourd’hui.

Il s’agit avant tout de nous inscrire dans la tradition d’un peuple plein de ferveur qui a mis sa confiance en son Sauveur Jésus-Christ, spécialement dans les moments difficiles de l’existence. Cette méditation est destinée à nous ouvrir à l’adoration du Dieu unique et trinitaire qui nous a sauvés en son Fils.

Le chemin jubilaire proposé avec ses 7 étapes veut permettre une relecture de notre vie à la lumière de l’Évangile et de la vie des saints. Il se conclut par l’invitation à prendre Marie chez soi et d’accomplir une œuvre de miséricorde.

Que ce chemin jubilaire culminant sur la vénération de cette relique vous donne de faire l’expérience de l’amour du Christ pour vous qui seul peut provoquer en nous la foi, la même foi que celle des Apôtres.

 Mgr Laurent Camiade, évêque de Cahors